Aller au contenu

Le Groupe MAN a terminé l’année fiscale 2012 avec un résultat opérationnel à peine inférieur à €1 milliard malgré l’effondrement du marché des véhicules commerciaux. Si les segments dédiés aux véhicules commerciaux et à l’ingénierie mécanique ont enregistré un résultat opérationnel de €964 millions, l’excellent résultat de l’année précédente avec un record de €1,483 milliard n’a pas été atteint. Ce résultat est surtout la conséquence du net déclin du segment des véhicules commerciaux, qui a noté une baisse du résultat opérationnel à €454 millions. Le résultat opérationnel du segment Power Engineering est par contre demeuré stable à €503 millions, représentant donc une contribution majeure au résultat du Groupe. Les recettes ont enregistré une baisse modérée pour s’établir à €15,8 milliards, même si la demande a chuté pour les véhicules commerciaux au Brésil et en Europe, qui sont des marchés essentiels pour MAN. Les recettes ne sont inférieures que de 4% à celles du niveau record atteint l’année précédente. Le taux de rentabilité opérationnelle est inférieur de seulement 6,1% à l’objectif fixé.

MAN prévoit un déclin du secteur des véhicules commerciaux en Europe en 2013, spécialement au cours du premier semestre. Le Executive Board table par contre sur une nouvelle augmentation des ventes au Brésil, un marché important pour MAN. Les recettes dans le segment des véhicules commerciaux seront certainement légèrement plus faibles que celles enregistrées au cours de l’année précédente, mais le taux de rentabilité opérationnelle restera stable. A la suite d’un faible résultat au niveau des prises de commandes au cours de l’année fiscale 2012, les recettes et le taux de rentabilité opérationnelle dans le segment Power Engineering vont se réduire. En conséquence, le Groupe MAN va devoir composer en 2013 avec une légère baisse des recettes et une baisse disproportionnée de son résultat opérationnel. Cette prévision se base sur la considération que la crise de la dette souveraine en Europe ne s’aggravera pas et que les incitants économiques sur les marchés émergents produiront leurs effets.

 

Faire défiler vers le haut