Aller au contenu

FEDERAUTO s’engage pour la facturation électronique

FEDERAUTO a signé le 20 novembre un protocole d’accord avec Olivier Chastel, le Ministre de la Simplification administrative. Par cette convention, le secteur du commerce et de la réparation automobile et les secteurs connexes représentés par la Confédération s’engagent fermement à adapter leur processus de travail.

Le protocole

Si l’utilisation de la facturation électronique devait réduire de manière significative les charges administratives de ses membres, FEDERAUTO est conscient que ce mouvement demandera des adaptations importantes dans les entreprises qu’elle représente. Pour faciliter les démarches, FEDERAUTO organisera des sessions d’information spécifiques sur la thématique et désignera une personne ressource au sein de l’organisation.

« La promotion de la facturation électronique auprès des membres de FEDERAUTO s’inscrit parfaitement dans la quête de l’amélioration de l’efficience de nos entreprises. C’est un win-win : gain de temps et d’argent pour nos secteurs mais aussi pour nos clients » confirme Carl Veys, président de FEDERAUTO.

Au niveau belge & européen

Au niveau européen, l’ambition est d’atteindre 50 % de facturation électronique d’ici 2020. Au niveau belge, le Gouvernement a décidé d’anticiper cet objectif en se fixant un objectif ambitieux de 25 % d’ici la fin de la législature. L’amélioration de la sécurité juridique, la clarification de l’environnement technique pour les factures électroniques et la mise au point de systèmes de facturation ouverts et interopérables sont actuellement au centre des préoccupations belges et européennes. En Belgique, l’Agence pour la Simplification administrative (ASA) a développé en collaboration avec les fédérations professionnelles un site web, www.efacture.belgium.be, qui donne de nombreuses informations sur la facturation électronique.

Faire défiler vers le haut