Aller au contenu

Transuniverse Forwarding mise résolument sur l’intermodal

Transuniverse Forwarding a décidé de miser fortement sur le transport intermodal. Dans un premier temps, le spécialiste du groupage basé à Wondelgem (Gand) va mettre en place un service entre la Belgique et Milan. Pour ce faire, l’entreprise investit dans une trentaine de conteneurs dits ‘palletwide’. A terme, elle veut mettre en place des liaisons ferroviaires sur plusieurs pays européens.

« Un manque de capacité risque de se manifester en Europe dans le transport routier, entre autres à cause de la pénurie de chauffeurs routiers. De plus, un nombre croissant de clients veulent réduire leur empreinte CO2. C’est pourquoi la direction de Transuniverse Forwarding a pris la décision stratégique de se lancer résolument dans le transport intermodal », déclare Frank Adins, président de Transuniverse.

« Ne voulant pas agir à la légère, nous avons consulté Multimodaal.Vlaanderen, une branche du VIL sous la direction de Peter Lagey, qui aide les entreprises à faire le pas vers l’intermodalisme. Il nous a donné des conseils sur les meilleures connexions pour commencer, sur le choix du bon partenaire à destination et des bons moyens de transport, sur les conditions préalables, etc. Notre décision stratégique a donc suscité une approche pragmatique « , ajoute Frank Adins.

Transuniverse a chargé Luc Genot d’élaborer les plans intermodaux. Avant de rejoindre l’entreprise en octobre dernier en tant que responsable pour la Wallonie, il a travaillé pour SNCB Logistics (aujourd’hui Lineas) et Planisfer, un courtier en services logistiques ferroviaires. Il connaît donc le transport ferroviaire de fond en comble.

La première liaison que Luc Genot a été chargé de réaliser, est un service de charges complètes sur Milan en Italie, où Transuniverse a un partenaire préférentiel. Un des conseils de Multimodaal.Vlaanderen était en effet de travailler avec un partenaire auquel on peut faire entièrement confiance. « Nous commençons avec des charges complètes parce qu’elles sont moins sensibles au facteur temps que les envois de groupage et qu’elles sont moins complexes à gérer. Nous voulons en effet d’abord acquérir de l’expérience. Nous utilisons déjà le rail – par exemple avec un service de transport combiné sur la Hongrie – mais son organisation pratique repose auprès de partenaires. Dans la nouvelle configuration, nous organisons nous-mêmes le transport avec notre propre matériel », ajoute Frank Adins.

Pour le service sur l’Italie, Transuniverse investit dans trente conteneurs ‘highcube palletwide’ de 45 pieds (*), qui seront livrés par Unit 45. « Vingt sont des conteneurs classiques et dix ont des rideaux coulissants. L’investissement s’élève à 300.000 euros, y compris l’adaptation de l’organisation et des systèmes informatiques. Les châssis pour le transport routier en début et fin de chaîne en Belgique et en Italie seront loués », précise-t-il.

L’opérateur ferroviaire n’a pas encore été choisi. « Des négociations sont en cours avec un certain nombre d’entre eux. Mais nous nous attendons à ce que le service soit opérationnel dans environ trois mois, peu après la livraison des conteneurs », dit Frank Adins.

Il souligne toutefois que le service intermodal sur l’Italie complète le transport routier, mais ne le remplace pas. « Nous continuerons à déployer des semi-remorques sur cette destination. C’est un service supplémentaire que nous offrons à nos clients. Ils pourront choisir leur mode de transport en fonction des prix, des délais et de l’empreinte CO2 ».

Après le service sur l’Italie, Transuniverse Forwarding prévoit de mettre en place des connexions sur plusieurs autres pays. Il s’agira dans un premier temps du sud de la France, du Royaume-Uni, de la Roumanie et de l’Espagne.

Faire défiler vers le haut