TomTom Traffic Index: Bruxelles reste la ville la plus bondée de Belgique

TomTom (TOM2) a publié aujourd’hui les résultats du TomTom Traffic Index. Cet index est un rapport routier détaillé et contient des détails à propos de la situation routière dans 403 villes et 56 pays du monde.

En Belgique Bruxelles reste la ville la plus bondée de 2018. En moyenne, les conducteurs doivent y tenir compte de 37% de temps de trajet en plus. La journée la plus encombrée de 2018 était le 2 mars, avec en moyenne 76% de temps de trajet supplémentaire. Ce jour-là, les routes étaient hyper-glissantes à cause de la pluie verglaçante qui a causé énormément d’accidents dans tout le pays. Aussi bien le matin que le soir les heures de pointe sont dramatiques à Bruxelles, avec facilement 70% de temps de trajet en plus. Un trajet d’une demi-heure dure pour les navetteurs en moyenne 22 minutes en plus.

Anvers occupe la deuxième place après Bruxelles, où les conducteurs perdent en moyenne 31% de temps de trajet. La journée la plus chargée y était le 13 novembre, avec en moyenne 57% de durée de trajet supplémentaire. Ce jour-là le ring d’Anvers était bloqué pendant quelque temps dans la direction des Pays-Bas, après un accident impliquant quatre poids-lourds et deux voitures. Les heures de pointe du matin et du soir y sont plus encombrées mais moins dramatiques qu’à Bruxelles, avec en moyenne 54% et 61% de temps de trajet qui s’ajoute, ou une augmentation de 16 et 18 minutes par demi-heure. 

En troisième position nous retrouvons la ville de Namur, ce qui est assez surprenant. Le trajet moyen y dure 29% plus longtemps, une augmentation de 10% par rapport aux dernières mesures datant de 2017. La journée la plus animée à Namur était le 18 mai, avec une moyenne de 79% de temps de trajet supplémentaire. Ce jour-là il y avait une énorme manifestation syndicale à Namur. Les heures de pointe du matin et du soir y sont également plus bondées, avec respectivement 45% et 51% de temps de trajet en plus, soit 14 et 15 minutes par demi-heure. 

La quatrième place est occupée par Louvain (23%), avec le 27 août 2018 comme la journée la plus encombrée (60%). Ce lundi annonçait une semaine de congestion du trafic extraordinaire, suite à des travaux routiers sur la E40 à Heverlee. Le matin (44%) et le soir (49%), la ville estudiantine est également plus animée, avec respectivement 13 et 15 minutes supplémentaires par demi-heure pendant les heures de pointe. 

Gand et Liège se partagent la 5ièmeplace, avec en moyenne 20% de temps de trajet supplémentaire sur la route. La journée la plus bondée à Gand était le 18 octobre, avec 63% de temps de trajet en plus dans la circulation. Les retards étaient également dus à des travaux routiers, introduisant une nouvelle phase des travaux d’entretien de la E40 entre Sint-Denijs-Westrem et Merelbeke. Pendant les heures de pointe la circulation est également perturbée à Gand. Le matin on met facilement 33% de plus pour arriver à sa destination, ce qui correspond à 10 minutes par demi-heure. Le soir on avance plus lentement encore : 41% en plus ou 12 minutes supplémentaires en moyenne par demi-heure. 

La journée la plus difficile à Liège était le 1er juin 2018 avec en moyenne 46% de durée de trajet supplémentaire. Ce jour-là il y avait des inondations dans la région liégeoise. L’heure de pointe du matin est en général plus encombrante (+ 38% ou 11 minutes pas demi-heure), le soir vous ajoutez 44% à votre durée de trajet ou 13 minutes par demi-heure. 

Courtrai occupe le 7ièmerang où les conducteurs perdent en moyenne 18% de temps de trajet dans la circulation. La journée la plus chargée à Courtrai était le 2 mars à cause des routes glissantes et des nombreux accidents, comme à Bruxelles. L’heure de pointe du matin y est nettement plus bondée (+ 33% ou 10 minutes par demi-heure); le soir ajoutez 36% (ou 11 minutes par demi-heure) à votre trajet. 

A la 8ièmeplace se trouve la ville de Mons (16%) qui fait preuve d’une diminution spectaculaire de 6% par rapport à 2017. Cette année-là des travaux routiers dans les environs de Mons ont causé énormément de congestion du trafic routier. La journée la plus encombrée était le 28 avril 2018, avec 67% de temps de trajet supplémentaire sur la route, suite à différents accidents de voiture dans la région. Le matin l’heure de pointe est en général plus animée (+26% ou 8 minutes par demi-heure), ainsi que celle du soir (+34% ou 10 minutes par demi-heure). 

Bruges occupe la 9ièmeposition dans le classement avec une moyenne de 15% de durée de trajet additionnel. La journée la plus chargée dans cette ville était le 6 mai 2018 (+38%). L’ouverture festive de la triennale de Bruges en était probablement la cause. A Bruges l’heure de pointe du matin ajoute 26% à votre temps de trajet, et celle du soir 27% (deux fois en moyenne 8 minutes supplémentaires par demi-heure). 

Charleroi figure en fin du top 10, avec en moyenne 12% de temps supplémentaire passé dans la circulation. La journée à éviter à Charleroi en 2018 était le 8 novembre. Or nous n’avons pu déceler aucune cause véritable pour les congestions ce jour-là. Le matin le trafic y est légèrement plus dense (+ 18% ou 5 min par demi-heure) et le soir la circulation peine un peu plus encore (+23% ou 7 minutes par demi-heure). 

Nick Cohn, Traffic Expert chez TomTom, explique : “Nous constatons que la congestion de la circulation dans les grandes villes telles que Bruxelles, Anvers et Liège stagne, alors qu’elle est montée en flèche au niveau mondial. Namur fait son entrée dans le top 3 avec une augmentation surprenante des encombrements routiers. Les villes de Gand, Louvain et Courtrai deviennent également plus denses. Or la ville de Mons fait preuve d’une ferme amélioration par rapport à 2017. Sur base des mesures nous remarquons également que Bruges et Charleroi sont moins bondées. En gros nous pouvons constater que la Belgique obtient un score positif avec 3 stagnations, 3 reculs et seulement 4 augmentations.”

Classement de congestion mondial, villes >800000 habitants
Au niveau mondial Mumbai mène la danse. Les chauffeurs y mettent en moyenne 65% en plus pour leurs trajets. La deuxième ville au niveau mondial est la capitale colombienne Bogota (63%), suivie par Lima au Pérou (58%) et New Delhi en Inde (58%). Moscou, la capitale russe, complète de top 5 (56%) des villes les plus bondées de monde. 

Les villes les plus encombrées de l’Amérique du Nord sont la ville de Mexico (52%), Los Angeles (41%), Vancouver (38%), New York (36%) et San Francisco (34%). Vous retrouverez tous les classements sur www.tomtom.com/traffic-index.

Classement de congestion eurpéen, villes >800000 habitants
Alors que Moscou fait la course en tête en Europe (56%), Istanbul figure à la deuxième place (53%). Bucarest (48%) est classée en 3ièmeposition (48%), suivie par Saint-Pétersbourg (47%) et Kiev (46%). Les villes de Bruxelles (37%), Londres (37%) et Paris (36%) figurent au 11ième, 12ième et 13ième rang du classement européen des villes comptant plus de 800000 habitants. 

Aperçu global
La dernière décennie, la congestion de la circulation a augmenté mondialement. Presque 75% des villes reprises dans le nouveau rapport de TomTom ont affiché une progression ou stagnation de leur taux de congestion, alors que 90 villes seulement présentent des régressions mesurables. Il y a des écarts significatifs entre les continents : les meilleurs élèves de la classe se situent en Asie, avec des congestions nettement moins marquées à Jakarta (-8%), alors que chaque ville en Amérique latine régresse. La plus nette augmentation de la congestion est notée à Lima, au Pérou, qui occupe entre-temps la troisième place au niveau mondial. 

Il y a de l’espoir
Ralf-Peter Schaefer, VP des Informations routières chez TomTom, témoigne : « La congestion du trafic routier augmente mondialement. C’est une bonne et une mauvaise nouvelle à la fois. La note positive est que cela veut dire que l’économie mondiale progresse de façon significative, mais le revers de la médaille est que les conducteurs perdent plus de temps sur la route. Qui plus est, cette tendance est néfaste pour l’environnement.”

Depuis à peu près une décennie TomTom recueille les informations routières et les présente ensuite aux services routiers, afin que les chauffeurs puissent prendre des décisions plus intelligentes pour éviter les embouteillages. TomTom est spécialiste en technologie de localisation et étudie l’avenir de la conduite automobile. L’entreprise offre des cartes haute définitionpour les voitures autonomes, un routage efficace, y inclus des informations concernant des points de recharge pour les voitures électriques. Ainsi les constructeurs automobiles, les entreprises technologiques, les gestionnaires de la voirie et les autorités disposent d’ores et déjà de moyens pour réduire les encombrements sur la route. 

Schaefer poursuit : « Chez TomTom nous oeuvrons pour un avenir dans lequel les voitures sont électriques, partagées et autonomes, pour que cet avenir soit libéré de congestions et d’émissions. Nous disposons de la technologie appropriée pour réaliser cet avenir, mais nous devons tous apporter notre pierre à l’édifice. Les gestionnaires de la voirie, les autorités, les constructeurs automobiles et les conducteurs, nous avons tous notre rôle à jouer.”

Chaque citoyen peut trouver des infos à propos du TomTom Traffic Index et découvrir quelle place occupe sa ville sur www.tomtom.com/traffic-index. Vous y trouverez également des conseils pratiques pour contourner la congestion routière. Le site web de l’index routier est renouvelé, pour mieux y repérer les statistiques et les aperçus de votre ville, ainsi que l’information routière en direct.